Pages

vendredi 30 août 2019

Gorafi & Cie


Aviez-vous remarqué que les gens sont bien plus heureux en été? Les vacances, le soleil, la plage et la sangria y sont pour beaucoup mais aussi peut-être l'abandon temporaire des journaux télévisés. En effet, qui regarde vraiment les infos pendant l'été? Alors pourquoi ne pas continuer le reste de l'année? Pas de nouvelles, bonne nouvelles, comme on dit en France! Surtout que dernièrement les journaux télévisés sont devenus des véritables machines à déprimer et non à informer comme jadis. Pour s'informer sans déprimer, heureusement qu'il y a Le Gorafi, peut-être le seul journal qui vaille encore le coup en France. Le journal satirique français n'est pas tout seul d'ailleurs puisqu'on compte El Mundo Today en Espagne, De Speld aux Pays-Bas, le Waterford Whispers News en Irlande, le Lercio en Italie et finalement Der Postillon en Allemagne. Voici donc une bien belle manière de pratiquer les langues en se fendant la poire par-dessus le marché. Comme l'union fait la force, ces six journaux satiriques collaborent activement et se passent les scoops les plus importants. Il est sûr que leur travail est de plus en plus difficile car le monde est devenu si fou qu'il leur fait une concurrence déloyale et franchement dégueulasse. Trump en particulier s'est révélé comme le plus dangereux rival. Fidèle lecteur (de Gorafi pas de Trump), le diabl@gueur avait déjà consacré un billet au journal Gorafi et a découvert par la suite le journal espagnol tout aussi marrant et recommandable. Alors ne gâchons pas notre plaisir, voici quelques nouvelles parues dernièrement dans le faux Figaro histoire d'affronter la rentrée dans la bonne humeur et la gaieté.


mercredi 21 août 2019

Le Tour de France 2


On remet ça si vous voulez bien et si vous ne voulez pas, ce sera du pareil au même. C'est un autre tour de France que vous proposera gentiment le diabl@gueur avec l'inestimable collaboration du magazine L'Express qui consacrait son numéro 3552 du 21 juillet dernier aux lieux de sérénité. Où méditer tranquille, où marcher en paix, où se ressourcer dans la quiétude? Voilà ce que nous explique le journal dans un dossier spécial de 64 pages. En tout ce sont vingt "splendeurs françaises" que nous propose l'hebdomadaire sexagénaire, dans l'ensemble assez méconnues d'où l'intérêt considérable de la chose. Après la cohue infinie et surexcitée du Tour de France (ou des plages d'Ibiza), retrouvons donc calme et sérénité dans des sites uniques. Quels sites, vous demanderez-vous peut-être, rongé(e)s par la curiosité? Et bien des abbayes, des lacs, des forêts, des montagnes, des villages "propices à la méditation, à la contemplation, au repos de l'âme (et du corps) et à la découverte silencieuse" (dixit L'Express). Joli programme!




 La forêt de Brocéliande

dimanche 11 août 2019

Le Tour de France


Chaque été en France, le grand événement sportif et touristique est sans nul doute le Tour de France. Bien sûr, en dehors de son intérêt sportif, la grande boucle reste surtout un énorme machine à sous. De même que les cyclistes luttent avec ardeur pour gagner une étape ou le maillot jaune, les villes de France (et de Navarre) bataillent dur pour que la grande caravane multicolore passe par chez elles. Chaque année, 250 villes de l’Hexagone (et d'ailleurs) déposent leur dossier de candidature mais seulement une trentaine sont sélectionnées par l'organisation. Mais pour accueillir le course, il ne suffira pas de faire les yeux doux à ASO, les villes devront ouvrir leur portefeuille et payer en moyenne 60.000 euros pour accueillir un départ d’étape et 120.000 euros pour une arrivée. On peut penser qu'elles gagnent au change et que chaque euro investi en rapporte 4 au minimum à la collectivité locale. Et les coureurs combien gagnent-ils, vous demanderez-vous peut-être? Assez peu finalement si on compare avec d'autres sports bien moins fatigants et dangereux, ainsi le vainqueur gagne (outre un joli maillot jaune) 500.000 euros et chaque coureur qui termine le tour, la bagatelle de 1.000 euros tout tonds. Au total, 2,3 millions d’euros sont distribués aux coureurs, bien peu en comparaison avec les 2 millions d’euros que touche à lui tout seul le gagnant de Roland-Garros (habituellement un certain Nadal). Ne rêvez pas car vous allez gagner bien moins (hormis l'estime du diabl@gueur) avec le jeu que vous propose le tortionnaire que voici. C'est en feuilletant le magazine Géo dans son édition Hors-série juillet-août que la "bonne" idée lui en est venue. Le magazine a sélectionné 200 sites sur la route du Tour de France que le diab@gueur, dans son immense magnanimité, a réduit à 21 c-à-d une ville ou un site par étape que vous devrez reconnaître à partir des photos suivantes. En résumé, un petit tour de France (et de Belgique), quoi! Bonne route!