Pages

samedi 10 avril 2021

Vous avez dit thriller ?

 
Revenons à nos thrillers pour un dernier billet. On passera en revue cette fois, les meilleurs thrillers français de la dernière décennie. 50 ans après la disparition de Clouzot, le cinéma français cherche encore son successeur dans le panorama actuel. Il n'y a peut-être que Jacques Audiard qui puisse soutenir la comparaison avec ces grands maîtres du suspense et, à notre époque, le cinéma français produit et exporte plus de comédies que de thrillers. Par contre et curieusement, notre cinéma espagnol, qui ne s'était jamais fait remarquer par son cinéma à suspense, connaît aujourd'hui un véritable âge d'or du polar grâce à une nouvelle génération de réalisateurs talentueux tels que Amenábar, Bayonna, Alberto Rodríguez, Rodrigo Sorogoyen, Daniel Monzon, Jaume Collet-Serra, Jaume Balagueró, Carlos Vermut, Galder Gaztelu-Urrutia. Lancé par la locomotive "La casa de papel", on augure un bel avenir pour le cinéma noir espagnol alors que le cinéma français peine un peu sur le sujet. Malgré tout, en piochant dans les productions françaises de ces 25 dernières années, on trouvera de quoi nous faire tressaillir de bonheur. Voyez plutôt...
 
À bout portant
De Fred Cavayé avec Gilles Lellouche, Roschdy Zem, Gérard Lanvin, Elena Anaya, Claire Perot, Mireille Perrier (date de sortie: 01/10/2010) 
Un très bon film qui démarre sur les chapeaux de roues et ne laisse pas une seconde de répit durant les 1h25 qu'il dure. J'ai suivi avec beaucoup de plaisir la quête de Samuel pour retrouver sa femme et je n'ai pas vu le temps passer. Le meilleur thriller français de ces dernières années. À voir ! (sly.d)
 

mercredi 31 mars 2021

Thrillers et Tavernier

Comme promis, on continuera à "thriller" cette semaine histoire de compléter et peaufiner la sélection de thrillers français proposée par le site ecartelera.com. On en profitera aussi pour rendre hommage à un grand cinéaste qui nous a quittés jeudi dernier à savoir Bertrand Tavernier. Ce sera à la fin du présent billet car d'abord on va parler thriller même si, comme le diabl@gueur, vous n'êtes peut-être pas particulièrement fan de ce genre cinématographique. Si l'on jette un coup d'œil sur l'histoire du cinéma français ou sur les listes des meilleurs thrillers français qui sévissent sut le net, on a un peu l'impression que la grande époque du thriller français est plutôt révolue. Dans ce dernier quart de siècle, il y a finalement assez peu de grands classiques du genre alors que, dans les décennies précédentes, on découvrira quelques grands films à suspense, surtout dans les années 50. C'était l'époque où un certain Hitchcock régnait en maître sur le genre et où en France, une série de réalisateurs allait donner ses lettres de noblesse au suspense français. On pensera évidemment à l'immense Henri-Georges Clouzot mais aussi à Claude Chabrol, René Clément, Louis Malle, François Truffaut, Henri Verneuil, Jean-Pierre Melville. Du maître Clouzot, on citera L'assassin habite au 21 (1942), Le Corbeau (1943), Quai des Orfèvres (1947), Le Salaire de la peur (1953) ou Les Diaboliques (1955), des autres auteurs quelques grands classiques comme Ascenseur pour l'échafaud (1958), Plein soleil (1960), Tirez sur le pianiste (1960), Les Félins (1964), Le Samouraï (1967), La mariée était en noir (1968), Le Clan des Siciliens (1969), Que la bête meure (1969), Le Boucher (1970), Le Cercle rouge (1970), Le Passager de la pluie (1970), Peur sur la ville (1975), Les Fantômes du chapelier (1982), Vivement dimanche ! (1983). Quid du thriller français à partir des années 90 ? C'est ce que l'on tentera d'élucider cette semaine et la prochaine, en commençant par la période 1990-2010 durant laquelle le regretté Bertrand Tavernier réalisa deux excellents thrillers, L.627 et L'appât. Voyons un peu le reste (cliquez sur les affiches pour voir la bande-annonce)...

Nikita
De Luc Besson avec Anne Parillaud, Tchéky Karyo, Jean-Hugues Anglade, Jeanne Moreau, Jeau Reno (date de sortie: 21/02/1990) 
Avec sa réalisation tout en traveling et courtes focales, Luc Besson nous immerge parfaitement dans ce sombre thriller. En y ajoutant un scénario qui tient plus que bien la route, une prestation d'Anne Parillaud exemplaire, et la sublime musique d'Éric Serra, on a vraiment un excellent film à voir et à revoir !  (JulienAllard)
 

lundi 22 mars 2021

Le quiz des thrillers


Après l'émouvant billet de la semaine dernière, on continue au cinéma même si ce ne sera pas dans un vrai malheureusement. L'idée de ce billet est venue au diabl@gueur en tombant par hasard sur un article du site ecartelera.com consacré aux meilleurs thrillers français de ces dernières années. Comme d'habitude avec ce genre de films, on s'emmêle toujours un peu les pinceaux, ne sachant pas trop "où donner de l'étiquette" entre polar, film policier, film à suspense, film d'intrigue, film d'épouvante, film fantastique, film d'espionnage, etc. Car selon la définition officielle du mot thriller, "film (policier ou d'épouvante) à suspense, qui procure des sensations fortes", ça peut être tout et n'importe quoi et l'on voit souvent toutes sortes de films affublés du terme thriller. Et d'abord faut-il écrire (et prononcer) thriller ou thrilleur ? Apparemment c'est comme on veut du moment que l'on "thrill" du verbe "to thrill" qui signifie tressaillir pour ceux qui ne manieraient pas la langue de Shakespeare. Tressaillir, c'est exactement ce que fit le diabl@gueur en voyant la liste de 15 thrillers français concoctée par le site que je ne citerai plus. Il aurait peut-être fallu séparer le bon grain de l'ivraie. On en reparlera la semaine prochaine et le diabl@gueur apportera sa propre liste de films français pour tressaillir de plaisir. En attendant, vous ne devrez pas séparer le grain de l'ivraie mais reconnaître les 15 films choisis par le site "non grata" dans le merveilleux quiz que voici que voilà. Si vous avez besoin d'aide ou voulez tricher, cliquez sur les affiches.

Dans la maison
La maison assassinée
La dernière maison sur la gauche

lundi 15 mars 2021

Le jeu des disparus


Après le billet consacré à Claude Brasseur et Jean-Pierre Bacri, le diabl@gueur a décidé de rendre hommage aux autres comédiens disparus l'année dernière. Surtout après être tombé par hasard sur le quiz qui vous sera soumis aujourd'hui et qui a été publié en janvier dernier dans le magazine Le Point. Ce sera notre manière à nous de rendre hommage à ces comédiens moins connus, habitués des seconds rôles, véritables bosseurs du cinéma et du spectacle. Dans le quiz, il y en a plusieurs parfaitement inconnus au bataillon même en France les Suzy Delair, Caroline Cellier, Jean-François Garreaud, François Letterier, etc. On reviendra sur ces grandes petites figures du cinéma français à la fin de ce présent billet. Dans cette liste de 16 comédiens disparus, il n'y a que deux "étrangers" à savoir Olivia de Havilland et Max von Sidow de la même façon que, dans l'habituel hommage aux disparus de la dernière cérémonie des Goya, il n'y eut qu'un seul non espagnol (ou sud-américain) en la personne de Jean-Claude Carrière. La raison de cet honneur rendu par le cinéma espagnol à ce grand homme du cinéma français n'est autre que sa longue collaboration avec le génial Luis Buñuel. Alors voici le fameux jeu des disparus, un quiz pas piqué des hannetons, associer tous ces comédien(ne) décédé(e)s avec un de leurs grands rôles. Pas fastoche du tout !
 

samedi 6 mars 2021

Brasseur et Bacri

 


Après plusieurs billets consacrés à la musique, on revient au cinéma pour rendre hommage à deux acteurs disparus récemment. En effet, le 22 décembre dernier, était annoncé le décès de Claude Brasseur et le 18 janvier, celui de Jean-Paul Bacri. Ni l'un ni l'autre n'étaient des superstars du cinéma français mais chacun avait sa petite place dans le cœur des Français. Claude Brasseur, fils d'un autre grand acteur, aura participé à une centaine de films entre 1956 et 2018, obtenant ses premiers grands rôles dans les années 70. Bacri, quant à lui, aura joué dans une cinquantaine de films entre 1979 et 2018, atteignant la renommée au milieu des années 90. Tous les deux auront aussi fait une belle carrière au théâtre (Bacri comme auteur également) et à la télévison (Brasseur surtout). Pour se rendre compte de la popularité de deux comédiens, il suffit, par exemple, de regarder les reportages qui leur ont été consacrés en ouverture du journal de France 2 le 22 décembre et le 18 janvier derniers.






mardi 23 février 2021

Les meilleurs clips de 2020


Dernier billet sur l'année 2020 pour revoir les plus beaux clips vidéos parmi les 50 interprètes sélectionnés dans le Bestof 2020. Le diabl@gueur a donc fait une sélection de 21 clips parmi les quelque 250 présentés dans les 4 derniers billets. Cette façon de présenter une chanson est toujours en vogue depuis sa naissance au début des années 80 et la France a donné ses lettres de noblesse à cet art considéré comme mineur grâce à des réalisateurs talentueux. Parmi les grands clippeurs français, on peut citer Laurent Boutonnat, Jean-Baptiste Mondino, Michel Gondry, WoodkidStéphane SednaouiJonas et François, Megaforce, Romain Gavras ou We Are From LA qui ont travaillé pour les plus grandes stars françaises ou internationales (Mylène Farmer, Les Rita Mitsouko, Alain Bashung, Vanessa Paradis, Étienne Daho, Madonna, Prince, Björk, David Bowie, Red Hot Chili Peppers, Bryan Ferry, U2, The Rolling Stones, Paul McCartney, Depeche Mode, Muse, Lana Del Rey, Moby, Katy Perry, Taylor Swift, Drake, Kanye West, Pharrell Williams). C'est un sacré cocorico clippeux que les Français peuvent lancer à la cantonade. L'année 2020 aura laissé une belle collection de clips et aussi un nouveau format, le clip confiné. Dans les dernières Victoires de la musique et dans la catégorie "Création audiovisuelle", Woodkid, Christine and the Queens et Julien Doré étaient nominés, ce dernier ayant remporté le trophée. L'hebdomadaire Les Inrockuptibles de son côté a couronné un clip des Strokes et pour ce qui est de la musique en français, La femme, Lailow, Makala, Yelle, Bonnie Banane, Lous and The Yakuza. Ces trois dernières se retrouvent aussi dans la sélection du diabl@gueur que vous pourrez visionnez ci-dessous.


dimanche 7 février 2021

Les meilleurs CD de 2020 (fin)

   
Suite et fin du Bestof 2020 (alors que le mois de février est déjà bien avancé) avec les 10 albums préférés du diabl@gueur de cette année 2020 dont on essaiera d'oublier la plus grande partie mais pas les très bons disques qu'elle aura laissés. De même que l'on n'oubliera pas tous les artistes disparus durant cette année fatidique. On aura ainsi une pensée émue pour McCoy Tyner, Kenny Rogers, Manu Dibango, Bill Withers, Christophe, Tony Allen, Little Richard, Moon Martin, Mory Kanté, Zizi Jeanmaire, Annie Cordy, Juliette Gréco et Eddie Van Halen. Quel super-groupe on pourrait faire avec toutes ces vedettes ! Que du beau monde aussi mais bien vivants cette fois dans ce dernier chapitre du Bestof 2020 où l'on trouvera deux interprètes dépassant allègrement les 70 ans mais originales comme personne, deux vétérans de la scène indie française, un crooner comme on n'en fait plus, un rappeur aussi doux que talentueux, trois petits nouveaux qui ont bien accroché l'auteur de ces mots et finalement une superbe surprise qui nous vient du grand nord. Pour terminer, on jettera une oreille sommaire sur d'autres albums de groupes qui n'ont pas connu le bonheur de la sélection. Laissez un commentaire si vous avez eu la curiosité et la patience d'écouter les 50 artistes classés. Merci à vous, merci pour eux et en avant la musique.


Louise Verneuil  "Lumière noire" 
Chaque année, la France nous apporte son petit lot de nouvelles chanteuses bien fraîches, une des plus talentueuses de la cuvée 2020 avait déjà un nom qui la prédestinait à être chanteuse avec un t en trop (Pauline Benattar), elle a préféré un nom d'artiste plus cinématographique. Concurrente malheureuse de la 1ère édition de l'émission The Voice : La Plus Belle Voix en 2012, cette Antiboise trentenaire a aujourd'hui le vent en poupe grâce à ce premier album magique qui rappelle aussi bien Françoise Hardy (encore elle) que la Marianne Faithfull de la première époque. La similitude ne s'arrête pas là puisque la chanteuse vit une divine idylle avec Alex Turner, le leader des Arctic Monkeys. Écoutez l'album sur Spotify et visionnez un clip en cliquant sur la pochette + quatre autres (1, 2, 3 et 4). 
 

dimanche 24 janvier 2021

Les meilleurs CD de 2020 (3)


Encore un peu de musique pour réchauffer nos cœurs et nos corps transis par le froid et le confinement grâce au 3ème chapitre du déjà fameux top du diabl@gueur cuvée 2020. Il ne reste plus que 20 interprètes à découvrir parmi lesquel(le)s on trouvera cette semaine trois vétérans de la chansons français (ayant dépassé allègrement les 60 ans et même les 80), deux autres artistes novices (une belgo-congolaise et un franco-français), trois Canadiens (d'un âge moyen voire assez jeunes) et deux popeux qui nous feront danser. On terminera le billet avec les chanteurs (solo) non-sélectionnés dans le top pour diverses raisons déjà expliquées la semaine dernière mais à présent, place aux artistes classé(e)s entre la 20ème et la 11ème place. Que du beau monde ! C'est garanti !


Lous and the Yakuza  "Gore"
Il y a eu Stromae en 2013, Damso en 2016, Angèle en 2018, il faudra aussi compter dorénavant avec Lous and the Yakuza (Marie-Pierre Kakoma de son vrai nom). Cette chanteuse au physique de rêve nous vient aussi du Congo et a vraiment causé sensation en Belgique et en France avec ce superbe premier album, produit par l'Espagnol El Guincho (le magicien de Rosalía). Avis aux fans de hip-hop et de R'n'B, Gore est une véritable bombe où Lous (anagramme de soul) chante la fuite, l'isolement, l'insomnie et la violence (des hommes). Écoutez l'album sur Spotify et visionnez un clip en cliquant sur la pochette + cinq autres (1, 2, 3, 4 et 5).
 

jeudi 14 janvier 2021

Les meilleurs CD de 2020 (2)


Deuxième volet du Bestof 2020 avec les artistes classés de la 30ème à la 21ème place parmi lesquels on découvrira quelques artistes débutants et leur premier opus, la sacrosainte parité étant respectée puisqu'il y a deux chanteuses et deux chanteurs novices. Les autres six se répartissent entre groupe de rock vétéran, rappeur belgo-congolais, chanteur franco-libanais, combos parisiens et chanteur-humoriste. Il y a bien d'autres albums qui auraient pu être sélectionnés et qui sont restés sur la touche, soit parce qu'il n'était pas chanté (majoritairement) en français, soit parce qu'ils n'ont pas assez plu au diabl@gueur, soit parce qu'il s'agissait d'albums de versions. Ils auront quand même voix au chapitre de façon plus sommaire à la fin de chaque billet. Honneur aux dames aujourd'hui et dans les deux prochains billets, on découvrira les interprètes masculins et les groupes hors-concours. Vous trouverez ces disques après les interprètes classé(e)s de la 21ème à la 30ème place que voici que voilà. En avant la musique !

Clou  "Orages"
On commence ce 2ème volet du Bestof 2020 avec Anne-Claire Ducoudray (à la ville), dont le nom artistique viendrait de son incorrigible habitude de faire blague de tout bois. Et bien son 1er album n'est pas une blague du tout mais, au contraire, un bel échantillon de 11 chansons dont les mélodies magnifiées par une voix cristalline accompagnent merveilleusement des textes sensibles. Un album apaisant qui laisse entrevoir pourtant des tempêtes intérieures et aussi un bel avenir dans la chanson. C'est tout le mal qu'on lui souhaite. Écoutez l'album sur Spotify et visionnez un clip en cliquant sur la pochette + quatre autres (1, 2, 3 et 4).

jeudi 31 décembre 2020

Les meilleurs CD de 2020 (1)


Dernier billet de cette triste année 2020 consacré comme d'habitude au bestof 2020, après la bédé et le cinéma, voici la sélection des meilleurs albums chantés en français de cette année qui se termine aujourd'hui. On espère que 2021 sera meilleure à tous points de vue, par exemple, pour le secteur de la musique aussi mal en point que celui du 7ème art. On pouvait espérer le pire côté sorties musicales et puis non, la cuvée 2020 n'aura pas été si mauvaise malgré le corona. Du coup, le diabl@gueur aura sélectionné 50 albums comme chaque année même si le niveau aura été un peu en-dessous par rapport aux années précédentes et cela principalement grâce à des interprètes que vous ne trouverez pas dans cette sélection et répondant aux doux noms de Maes, Dadju, Jul, Maître Gims, Kendji Girac, ou Vitaa & Slimane. Allez-y voir si vous aimez les sensations fortes mais ce sera à vos risques et périls. Ne serons pas non plus retenus dans ce classement les compils, les albums live ou de versions dont voici quelques exemples (cliquez sur les pochettes pour visionner une vidéo).








On recommandera spécialement ces deux derniers albums délicieusement jazz et rétro. Voici maintenant le fameux bestof dont nous allons découvrir les 20 interprètes sélectionné(e) cette semaine. Qui seront les 30 autres artistes ? Qui remportera la première place ? Vous le saurez dans les prochaines semaines. Bonne musique et bonne année 2021 !

 
Plastic Bertrand  "L'expérience humaine"
On commence avec un petit Belge qui est l'exemple parfait du "one hit wonder" et quel hit ! Ça plane pour moi, sorti en 1977, fut assurément le plus grand succès de la musique belge et Plastic Betrand (Roger Jouret à la ville) un des rares artistes francophones à apparaître dans le classement du Billboard américain. 43 ans après, ce Marsupilami humain et sautillant s'est calmé et livre un 10ème album plus que honorable sur les adieux à la terre d'un extraterrestre qui ne comprend rien à notre folle planète mais qui l'aime bien. Au final, un mélange de funk et d'électro-pop qui ne s'éloigne pas trop non plus de la bonne variété. Écoutez l'album sur Spotify et visionnez un clip en cliquant sur la pochette + deux autres (1 et 2). 

jeudi 24 décembre 2020

Les films français de 2020 (2)

Vraiment bizarre et triste ce Noël 2020 avec les lieux culturels fermés et par voie de conséquence, les cinémas aussi. Le déconfinement culturel était prévu pour le 15 décembre dernier mais la semaine dernière M. Castaix a annoncé que cette réouverture n'aura pas lieu avant janvier 2021. Coup dur pour l'industrie culturelle et en particulier pour le cinéma à une époque où les familles (et les autres) vont en masse faire la queue devant les guichets des cinoches. Ses réunions familiales et traditionnelles auront lieu devant le petit écran bien au chaud près de la cheminée. Mais quel diable de film pourra-t-on voir en cette fin d'année ? Pas de panique, le diabl@gueur, dans son infinie bonté, arrive à la rescousse avec une belle sélection de films, 30 nouvelles productions plus commerciales ou tout public que celles de la semaine dernière. Vous y trouverez des long-métrages dirigés par des cinéastes vétéran(e)s comme Fontaine, Maïwenn, Sfar, Hazanavicius, Ozon, Kervern, Delépine, Mouret, Kounen ou Dupontel et puis d'autre moins connu(e)s. Comme chaque année, ce sont encore les comédies qui tiennent le haut du pavé avec 15 titres sur 30 (ce qui ne peut nous faire que du bien par les temps qui courent) mais on trouvera aussi des dessins animés, des drames, des comédies dramatiques (ou d'un autre genre), des polars, un biopic, un film de guerre, etc. Comme toujours, vous pouvez visionner les bandes annonces des films en cliquant sur les affiches. Bonne toile quand même !
 
Selfie 
Comédie de Thomas Bidegain, Marc Fitoussi, Tristan Aurouet... avec Manu Payet, Blanche Gardin, Elsa Zylberstein (date de sortie: 15/01/2020)
Une bonne petite comédie française à sketch, satirique et acide, qui peut dérouter le spectateur tant elle nous balance en pleine face la vacuité grandissante des relations sociales et du rapport à l'autre dans les sociétés modernes. Un film à sketch très drôle et décalé qui fait un peu froid dans le dos ! Blanche Gardin est définitivement une formidable actrice. 
(Benjamin L)

jeudi 17 décembre 2020

Les films français de 2020 (1)


Suite des récaps de 2020 qui, petit à petit, est en train de prendre sa place parmi les années les plus détestées de l'histoire. Si dans le secteur de la bande dessinée, on a pu sauver les meubles tant bien que mal. La pandémie aura frappé un coup fatal à l'industrie du cinéma qui battait déjà un peu de l'aile avant cette crise sanitaire en raison de l'apparition fulgurante des plateformes de streaming. Aujourd'hui le pire ennemi des salles de cinéma s'appelle coronavirus mais demain ne s'appelleront-ils pas Netflix, Amazon, OCS, Apple TV+, etc. Ceux et celles qui ont goûté aux joies du cinéma en streaming pendant le confinement reviendront-ils dans les salles obscures après la pandémie ? C'est la question que tout le monde se pose et peut-être sommes-nous en train de contempler les derniers jours du cinéma traditionnel. Alors bien sûr, dans cette année fatidique et particulière, le nombre de sorties a été plutôt réduit, du coup le sujet, que le diabl@gueur déclinait habituellement en 4 billets durant l'année (deux en juillet et 2 en décembre), se développera en deux articles et 60 films au total. Un coup d'œil sur le box-office de 2020 suffit amplement pour nous rendre compte de l'étendue du désastre. À peine 12 films ont dépassé la barre du million de spectateurs alors qu'en 2018 et 2019, on pouvait en compter 42 et 51 respectivement. Parmi ces 12 films, on comptera seulement 4 productions françaises, en réalité des navets de la pire espèce ce qui ajoute un peu de noir au tableau. Heureusement et comme chaque année, il y aura eu beaucoup de bons films et on commencera cette semaine avec le cinéma moins commercial et une sélection de bon aloi. Sur les 30 films sélectionnés aujourd'hui, on comptera 13 documentaires ce qui confirme la progression de ce genre si particulier observée ces dernières années. Comme toujours, vous pouvez visionner les bandes annonces des films en cliquant sur les affiches. Bonne toile quand même !

Un vrai bonhomme
Comédie dramatique de Benjamin Parent avec Thomas Guy, Benjamin Voisin, Isabelle Carré (date de sortie: 08/01/2020) 
Un superbe film où la mort d'un proche est traitée d'une façon novatrice. Les relations entre ados, classiquement complexes mais diverses, sont traitées avec un humour régulier tout au long du film. A voir avec ses propres enfants. (Le Quid)
 

mardi 8 décembre 2020

Les BD françaises de 2020


Comme chaque année, début décembre, c'est le moment des récapitulations et comme d'habitude depuis deux ans, on commence par la bande dessinée. Cet annus horribilis 2020 (auquel on aimerait bien enlever un "n") n'aura pas été trop dramatique pour le secteur car ni la pandémie ni le confinement n'ont empêché les fans de BD de s'adonner à leur passion. L'année aura été quand même très triste avec la disparition de quelques grands génies du 9ème art. Ainsi perdre la même année Albert Uderzo, Claire Brétecher et Quino, ça fait beaucoup mais il y eut aussi les disparitions de René Follet, André Chéret, François DermautPhilippe Adamov André-Paul DuchâteauHubert (Boulard), Dennis O'Neil et Juan Giménez. Il nous restera toujours leurs œuvres pour ne pas les oublier. À part ça, 2020 se termine avec deux grandes sorties, le 81ème album de Lucky Luke (un record !) et la réédition de l'album illustré Le menhir d'or, paru en 1967 sous la forme d'un livre-disque et quasiment introuvable depuis lors. Attention, ce n'est pas un album de bande dessinée (plutôt un livre illustré) mais c'est du Goscinny et Uderzo quand même. Outre Astérix et Lucky Luke, il y aura eu beaucoup d'autres albums intéressants, le diabl@gueur n'aura retenu que les publications d'auteurs français (dessinateurs et scénaristes). Vous ne trouverez pas non plus les suites des séries publiées en 2020 et dont les tomes précédents avaient été sélectionnés en 2018 et 2019, comme par exemple, L'odyssée d'Hakim (Tome 3), Charlotte Impératrice (T.2), Hope One (T.2), Le vagabond des étoiles (T.2), Faut pas prendre les cons pour des gens (T.2), Un putain de salopard (T.2), L'âge d'or (T.2), Le château des animaux (T.2). Ça fera quand mêmes 40 albums sélectionnés comme chaque année. Cliquez sur les couvertures pour voir une planche de chaque bédé et bonne lecture !