Pages

mardi 20 novembre 2018

Monsieur Tartrais


Comme promis, voici donc le billet consacré au dessins de presse. Le diabl@gueur avait déjà consacré plusieurs articles au dessinateur Bouchard qui officie entre autre dans le magazine Le Point. Il était temps de se pencher aussi sur un des ses collègues dudit magazine, le sympathique Éric Tartrais. Enrôlé dans l'hebdo à la couverture rouge depuis un an environ, Éric Tartrais avait travaillé auparavant pour Ouest-France, Le Figaro et Charlie-Hebdo. Les dessins qu'il présente dans Le Point rappelle beaucoup ceux de Bouchard car ils s'éloignent de l'actualité brûlante pout traiter la vie quotidienne de tout un chacun. Les deux auteurs soignent aussi particulièrement le coloriage et leurs dessins ont toujours de belles couleurs, ce qui est plutôt rare dans le dessin de presse. Ce qui unit les deux compères, c'est aussi l'humour gentil et intelligent qu'il pratique, plus poétique chez Bouchard et plus terre à terre chez Tartrais. À propos d'intelligence et de réalisme, le blogueur que voici que voilà vous propose de les mettre à l'épreuve en associant les dessins et les textes des 15 jolis dessins ci-dessous. Ce ne sera pas la mer à boire comme dit si souvent une très bonne amie qui se reconnaîtra.



mardi 13 novembre 2018

Le fond de l'air est frais...


Il sera beaucoup question de bande dessinée dans les prochaines semaines et dans ce modeste blog avec notamment un billet sur les dessins de presse et un autre sur les meilleurs albums publiés en 2018. Ce sera le bestof de la bédé qui précédera le déjà classique et tant attendu bestof de la chanson française édition 2018. Aujourd'hui nous nous pencherons sur une grande figure de la bande dessinée française disparue en 2013, à savoir Frédéric Othon Théodore Aristidès, alias Fred tout simplement. La raison n'est autre que la publication en octobre de l'album Le fond de l'air est Fred, une sélection des meilleures planches du grand dessinateur. Outre qu'il a été pendant longtemps la moustache la plus célèbre de la planète BD, on dira plus sérieusement et sans risque de se tromper qu'il fait partie des géants de la bande dessinée hexagonale aux côtés des Goscinny, Gotlib, Uderzo, Giraud, Bretécher, etc... 


lundi 5 novembre 2018

Les bébés 2


Deuxième billet sur les bébés où nous examinerons principalement tout ce qui rend la vie plus facile aux mamans et papas car il faut bien le dire aujourd'hui élever un bébé est une tâche bien plus simple qu'autrefois. Et pourtant on en fait de moins en moins. Espérons que ce modeste article encouragera certains d'entre nous à franchir le pas car notre région détient (comme vous le savez sans doute) la dernière place mondiale en terme de natalité avec à peine 1,03 enfants par femme. Triste record! Si cela ne change pas, les Asturies seront dans 20 ou 30 ans une énorme et bien triste maison de retraite. Alors comme chantait Jean-Jacques Goldman dans les années 80, "Fais des bébés", lui-même en a fait six mais il est vrai que son compte en banque était à la hauteur de ses aspirations. En attendant que le nôtre atteigne aussi des chiffres semblables, évaluons un peu nos connaissances en matière d'équipement pour bébés. Ça ne coûte rien!

un car
un landau
une voiturette

lundi 29 octobre 2018

Les bébés 1


Prolongement logique du dernier billet sur la grossesse, voici donc celui consacré aux bébés. Si comme on se disait la semaine dernière la grossesse est une période bien étrange aussi bien que merveilleuse, les premières jours (ou semaines) de la vie revêtent également un caractère à la fois particulier et mystérieux. Nous savons en effet peu de chose sur ce qui se passe dans la tête des bébés, comparant parfois leurs capacités cognitives à celle d'une moule ou d'une éponge. Et bien non, les bébés font bien plus que manger et dormir. Avant de naître, ils savent déjà reconnaître la voix de leur mère. À peine nés, ils sont attirés par les visages, qu'ils parviennent à distinguer d'autres formes. Ils ont même déjà des notions de quantité (de 1 à 3, n'exagérons pas quand même). Des recherches récentes ont d'ailleurs démontré que les nouveau-nés, dont le cerveau est moins gros que le nôtre ou que celui de nombreux animaux, apprennent beaucoup de choses, bien plus vite et bien plus facilement que leurs aînés humains ou animaux. Mais revenons à des considérations plus terre à terre. En deux chapitres, on essaiera d'égrener le vocabulaire des poupons. À vous découvrir les éléments du parfait attirail du nouveau-né et de sa maman attentionnée (ou son papa). Bonne chance!

un dodo
un pagne
une couche

lundi 22 octobre 2018

La grossesse


Aujourd'hui nous aborderons un sujet que les élèves du diabl@gueur connaissent bien depuis quelques semaines à savoir la grossesse. Ces derniers sont d'ailleurs bien étonnés que leur cher prof montre autant d'intérêt pour cette question si intimement féminine. Serait-il "enceint"? Nenni mais y a-t-il une période et un état à la fois plus étrange et merveilleux que celui-là? Voilà bien un chapitre sur lequel les femmes et les hommes ne seront jamais sur un pied d'égalité (quoique avec les progrès de la médecine ...) et comme chantait si bien Renaud "même si je devenais pédé comme un phoque moi je ne serai jamais en cloque". Sans doute que certaines femmes ne seraient pas mécontentes si leurs compagnons pouvaient tomber "enceints" à leur place car comme chacun sait la grossesse est loin d'être une sinécure et l'ampleur des "effets secondaires" font plutôt peur.



mercredi 10 octobre 2018

Aznavour encore


Dix jours ont passé et on continue à parler d'Aznavour et de chanson française. Chacun(e) de ses géant(e)s avait sa particularité, Barbara fut la pionnière de la chanson au féminin, Piaf, sa plus grande ambassadrice, Brassens, l'orfèvre des mots, Ferré, le chantre de la liberté, Ferrat, celui de la gauche et Bécaud quant à lui fut une bête de scène (tout comme Brel). Aznavour de son côté admirait surtout Trenet et comme son aîné, il fut un mélodiste hors pair. Leurs musiques étaient de celles qui restent entêtantes dans nos oreilles. Trenet eut son grand classique, La Mer, Aznavour eut aussi le sien, La Bohème. Impossible d'oublier ces deux merveilleuses mélodies qui ont participé à la gloire de la chanson française tout comme La vie en rose ou Les feuilles mortes pour n'en citer que deux parmi tant d'autres. Ce sont ces médodies qui ont attiré l'attention à l'étranger et ont permis à Aznavour de faire une carrière internationale. Les plus grands ont chanté avec (et/ou du) Aznavour: Frank Sinatra, Ray Charles, Tony Bennett, Stevie Wonder, Barbra Streisand, Liza Minnelli, Paul McCartney, Sting, Elvis Costello, Elton John, etc ... Mais les débuts furent bien difficiles comme il le chanta dans plusieurs de ses succès, le chanteur souffrit la galère avant d'arriver au sommet, étant fils d'immigrés, arméniens de surcroît, petit, pas beau et n'ayant pas une "belle" voix comme on aimait à l'époque. En quelque sorte, il a montré la voie à d'autres vedettes du même gabarit, les Bob Dylan, les Dustin Hoffman, les Joe Cocker ou autres Al Pacino. Ses premières apparitions sur scène furent un désastre, essuyant les sifflets et les quolibets à la pelle, au final, il vécut des années de bides non-stop avant de triompher en 1955. Le diabl@gueur vous propose d'écouter 5 chansons du grand Charles, d'abord une des chansons racontant ses débuts difficiles Je m'voyais déjà (la plus connue étant évidemment La bohème).



mardi 9 octobre 2018

Aznavour toujours


On le croyait immortel et incombustible, finalement il s'en est allé sans faire de bruit, sur la pointe des pieds pendant son sommeil. Le dernier des géants de la chanson française est parti rejoindre au paradis ses compagnons de profession, les Piaf, Barbara, Trenet, Brassens, Ferré, Ferrat, Bécaud et Moustaki. Quelle belle chorale ils vont former! On paierait bien cher les billets de ce céleste récital (quoique tout bien considéré...). Après France Gall (en janvier) et Jacques Higelin (en avril), 2018 nous a piqué aussi le doyen des troubadours, Charles Aznavour. Un coup d'oeil sur son tableau de chasse laisse pantois et rêveur: 70 ans de carrière, plus de 1200 chansons, 51 albums édités et plus de 180 millions vendus dans le monde entier et surtout des mélodies inoubliables (sur lesquelles nous reviendrons dans un prochain billet). Mais ce n'est pas tout, à cette immense carrière d'auteur-compositeur-interprète, il faut en ajouter une autre très estimable d'acteur avec une bonne cinquantaine de films dans lesquels il est adoubé par les plus grands cinéastes (Mocky, Cocteau, Truffaut, La Patellière, Granier-Deferre, Chabrol, Lelouch, Egoyan). Tout ça et bien plus en vidéo avec quelques extraits du journal de 2oh d'aujourd'hui même qui retrace la carrière de l'Arménien le plus célèbre de la planète.




dimanche 23 septembre 2018

Bouchard est revenu!


Il y a juste un an le diabl@gueur s'inquiétait de l'absence prolongée du dessinateur André Bouchard dans le magazine Le Point. Aujourd'hui c'est avec un certain soulagement qu'on découvre que l'artiste n'a pas complètement déguerpi des pages de l'hebdo même si ses apparitions sont plus intermittentes. Il est d'ailleurs épaulé par plusieurs autres dessinateurs talentueux parmi lesquels on compte Voutch, Zak, Jean, Dominique Goubelle, Antoine Moreau-Dusault et Erik Tartrais. Ce dernier sera prochainement l'objet d'un billet car son style de dessin et d'humour se rapproche très fortement de celui de Bouchard en même temps qu'il s'éloigne des sujets trop politiques. Pour le passionné de BD que voici, les dessins de presse sont de véritables friandises auxquels on n'accorde peut-être pas l'importance qu'ils méritent. Ne sont-ils pas l'exemple le plus merveilleux de liberté d'expression qui allie en plus chez eux humour et beauté plastique? Pourtant le dessin de presse ne paie pas, ces génies du crayon touchent entre 100 et 200 euros par dessin, aucun n'étant salarié, ils préfèrent travailler à la pige (peut-être pour garder leur indépendance). En résumé, pour vivre de leurs dessins, ces artistes doivent travailler beaucoup. Depuis 2015, le métier est même devenu dangereux, rappelons-nous Cabu, Wolinski, Charb et Tignous... Heureusement Bouchard est bien vivant, voici d'ailleurs ses derniers dessins parus dans Le Point dont vous devrez retrouver comme d'hab les textes. Bon Bouchard!

lundi 10 septembre 2018

Les (tout) derniers navets du cinéma français


Très curieusement, le deuxième billet le plus consulté de ce modeste blog reste encore et toujours celui consacré aux derniers navets du cinéma français paru en 2013 et seulement devancé par Tintin. Pour son auteur, cela s'avère être un mystère absolu comparable à celui de la sainte trinité ou à celui de la boule de gomme. Nos chers lecteurs prendraient-ils leurs vessies pour des lanternes? Ou seraient-ils animés de sentiments à la fois malsains et masochistes? Quoi qu'il en soit et comme il faut donner au peuple ce qu'il réclame, le diabl@gueur vous propose un second panier de navets bien mûrs car nos chers voisins continuent à en produire avec insistance et pas des moindres. Comme il en est pour le cinéma français en général, c'est encore la comédie qui tient le haut du pavé de l'industrie du navet hexagonal. On retrouvera "avec plaisir" quelques spécialistes du nanar aussi bien devant que derrière la caméra à savoir Éric Lavaine, Kev Adams, Michèle Laroque, Lorànt Deutsch, Alice Taglioni, José Garcia, Michaël Youn, Fabien Onteniente, tous et toutes éclipsé(e)s par le roi du navet, Frank Dubosc. Mais comme quoi il ne faut jamais perdre espoir, ce dernier vient de réaliser une comédie assez réussie (Tout le monde debout) ce qui lui permettra de redorer son blason cinématographique. L'origine et la cause de la plupart de ces films ratés réside dans le fait que, soit des humoristes se hasardent sur les chemins du 7ème art (habituellement ça foire), soit des comédien(ne)s jouent aux apprentis réalisateurs ou scénaristes (ça foire aussi). Voici donc une petite liste de films à rater sans vergogne, tout au plus et histoire de rire (jaune?) un peu, vous pouvez visionner les bandes-annonces en cliquant sur les affiches, ce qui équivaut à voir le film en entier. Mais attention pas plus de 4 ou 5 à la suite car les lésions cérébrales peuvent être irréversibles. Bon navet quand même!

samedi 1 septembre 2018

Les énervants en vacances


Et voilà, les vacances sont terminées, elles sont parties malheureusement bien plus vite qu'elles n'étaient arrivées fin juin début juillet. Étrange période que celle-ci où tout s'arrête sauf les ragots et les salades des politiques. Jamais tout à fait en vacances, ces couillons-là. Après on a aussi les journalistes qui ne savent pas à quel(le) saint(e) se vouer pour remplir les pages blanches de leurs journaux. Heureusement que viennent à la rescousse les fameux dossiers ou séries spécial vacances tout aussi frivoles qu'une journée à la plage. Cet été, ce fut, par exemple, dans L'Express, les meilleures tables et balades gourmandes en France (pratique et instructif quand même), dans L'Obs, Perdus de vue (célébrités disparues ou en mode pause) et la drague dans le monde. Vous voyez le topo. Le diabl@gueur a quand même bien rigolé avec Sophie Fontanel qui officie dans L'Obs justement et qui s'est amusée à dépeindre ceux et celles qu'elle appelle gentiment les énervants en vacances. Sophie introduit son propos de la sorte: "A chaque été, son lot de M. et Mme Parfait, ceux à qui tout réussit. Faut reconnaître, les gens à la mode sont énervants 365 jours par an. Mais en vacances, ils se surpassent. Leur foutu lâcher-prise sans aucun faux pas frôle l'insolence. Moitié je trouve qu'on gagnerait à prendre exemple sur eux, moitié ils m'exaspèrent." À ceux-là, il faudrait ajouter les emmerdeurs professionnels aussi détestables à la ville comme en vacances (peut-être plus). À propos d'emmerdeur, le diabl@gueur vous propose de retrouver les 7 catégories d'énervants dont nous parle Sophie Fontanel à partir des joyeuses descriptions qu'elle a écrites. On va pas s'emmerder!

vendredi 24 août 2018

Diawara & Batchiellilys


Jusqu'à présent aucun billet n'avait été consacré à l'Afrique dans ce modeste blog, cette flagrante injustice sera réparée aujourd'hui même. C'est justement en regardant l'émission 300 millions de critiques dont il a été question la semaine dernière que le diabl@gueur a eu l'idée d'aller faire un tour en Afrique. Cette émission programmée le samedi sur Tv5 est intéressante à deux points de vue, d'abord il s'agit d'une émission culturelle (et qui plus est pointue et amusante) et ensuite son cadre s'étend à toute la francophonie (d'où son nom 300 millions de ... ), ce qui nous permet de découvrir des artistes et des créateurs d'horizons bien différents comme l'Afrique par exemple. Grâce à Guillaume Durand et ses compères, les noms Fatoumata Diawara et Annie-Flore Batchiellilys ne sont pas tombés dans l'oreille d'un sourd. La première nous vient du Mali, la seconde est originaire du Gabon, deux pays francophones où la musique fait frétiller les cœurs et les corps. Fatoumata Diawara est beaucoup plus connue que sa collègue gabonaise, ayant déjà derrière elle une belle carrière de chanteuse et d'actrice. On l'a vue notamment dans le grand film Timbuktu, d'Abderrahmane Sissako et aussi sur le dernier album de Mathieu Chédid Lamomali. En solo, on notera surtout ses deux albums Fatou (2011) et Fenfo (2018), deux pépites qui valent le détour.


mercredi 15 août 2018

Connaissez-vous les Jarawas?


Notre cher site va prendre un peu de couleur, non pas que le diabl@gueur ait trop bronzé (un peu quand même) mais un brin d'exotisme va rehausser le teint des prochains billets. Quoi de mieux pour célébrer ce joli mois d'août! Tout cela parce que l'auteur de ces mots est tombé sous le charme de divines créatures venues d'Asie et d'Afrique. Aujourd'hui ce sera le tour des merveilleux Jarawas, peut-être un des derniers peuples "vierges" de la planète. Quel rapport avec le français, me direz-vous judicieusement? Les Jarawas manieraient-ils la langue de Molière? Nenni, mais c'est à des Français que l'on doit un des plus beaux documentaires de cette année, consacré justement aux Jarawas. Il s'agit d'Alexandre Dereims (réalisateur) et Claire Beilvert (productrice). Leur film raconte l’histoire de ce peuple parti d’Afrique il y a 70.000 ans et qui vit depuis sur une île paradisiaque dans l'océan Indien.

mercredi 1 août 2018

Les films français de 2018 (2)


Deuxième billet sur les films français préférés de la critique et des spectateurs pour les six premiers mois de l'année 2018. Après les films grand public, penchons-nous maintenant sur les films plus sérieux ou confidentiels pour la plupart des drames. Dans cette nouvelle sélection de 24 films, les réalisateurs confirmés (Samuel Benchetrit, Stéphane Brizé, Xavier Giannoli, Cédric Kahn, Abdellatif Kechiche) coudoient les débutants (Elsa Diringer, Vanessa Filho, Marie Garel-Weiss, Ilan Klipper, Xavier Legrand, Loïc Paillard, Christophe Regin), ça donne des films variés et on ne peut plus singuliers. On retrouvera en vrac un looser footballeux, une Marguerite Duras qui souffre, un divorce glaçant, une vierge apparue, un curieux naufrage, des zombies à la française, un homme devenu chien, un drogué devenu moine, une prof de lycée survoltée, des soldats gelés, des adeptes du polyamour, des bobos de province et un hommage aux mamans. Tout un programme, voyez plutôt.